Amandine Pellissard : un parcours troublant entre LSD et hôpital psychiatrique ‣ StarVIP

Amandine Pellissard : un parcours troublant entre LSD et hôpital psychiatrique

Emily
2 min de lecture

Amandine Pellissard : ses confidences sur sa jeunesse tumultueuse

Amandine Pellissard, connue pour sa participation à l’émission “Familles nombreuses : la vie en XXL” sur TF1, a récemment fait des révélations sur sa jeunesse mouvementée. Lors d’une interview dans l’émission “Baby story” de Jeremstar, elle a avoué avoir commencé à consommer de la drogue à l’âge de 16 ou 17 ans. Cette habitude était principalement due à de mauvaises fréquentations. Elle a notamment consommé de l’héroïne, mais a arrêté lorsqu’elle a découvert sa grossesse.

Les conséquences de sa consommation de drogue

Lorsque son premier fils avait 8 mois, Amandine Pellissard a replongé dans la drogue et a été hospitalisée en hôpital psychiatrique. Depuis, elle est obligée de suivre un traitement quotidien à base de méthadone, une substance de substitution pour les anciens toxicomanes. Elle a expliqué que ce traitement était considéré comme un stupéfiant, similaire à la morphine.

Les risques pendant ses grossesses

En raison de sa consommation passée de drogue, toutes les grossesses d’Amandine Pellissard étaient à risques. Bien qu’il n’y ait pas de risques d’atteintes cérébrales ou autres pour les bébés, il existe un risque de syndrome de sevrage. Certains bébés doivent être traités à la morphine pour compenser ce manque. Amandine Pellissard a avoué que cela l’a toujours effrayée. De plus, pendant la grossesse, elle devait augmenter son traitement, ce qui l’a inquiétée.

Les difficultés pour arrêter le traitement

Aujourd’hui, Amandine Pellissard est “clean” et a essayé d’arrêter son traitement du jour au lendemain. Cependant, elle a rapidement réalisé que c’était une erreur. Elle a connu des convulsions et une léthargie totale. Elle a même perdu près de 10 kilos et ne pouvait plus s’occuper de sa fille. Elle a donc repris son traitement pour sa santé et celle de sa famille.

Partagez cet article
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *