Amélie Mauresmo : scandales, blessure et amour interdit, révélations sur sa plainte ‣ StarVIP

Amélie Mauresmo : scandales, blessure et amour interdit, révélations sur sa plainte

Emily
3 min de lecture

Amélie Mauresmo porte plainte contre son ex-épouse pour harcèlement

Ancienne championne de tennis, Amélie Mauresmo a partagé la vie de Marie-Bénédicte Hurel durant plusieurs années. Alors que les deux femmes se sont mariées en 2021, ces dernières sont actuellement en pleine procédure de divorce. Une séparation qui ne se passe pas de la meilleure des manières. En effet, Amélie Mauresmo a porté plainte contre Marie-Bénédicte Hurel pour harcèlement. Un procès a d’ailleurs eu lieu à huis clos le mardi 23 janvier 2024 du côté de Bayonne. “Ce sont des faits qui relèvent de l’intimité d’une personnalité médiatique. Qui n’ont pas à être étalés sur la place publique”, a indiqué le procureur de la République au Parisien.

Les accusations d’Amélie Mauresmo

D’après les informations dévoilées par Sud Ouest, Amélie Mauresmo aurait souhaité rompre avec son épouse en février 2023. À partir de là, l’ancienne joueuse de tennis affirme avoir vécu un enfer. Elle a indiqué avoir été quotidiennement victime d’humiliations, de chantage, et d’insultes de la part de Marie-Bénédicte Hurel. Amélie Mauresmo serait même allée jusqu’à se réfugier chez sa nouvelle compagne à plusieurs reprises. Celle qui occupe actuellement le poste de directrice de Roland-Garros s’est vue prescrire une incapacité totale de travail (ITT) de dix jours. De son côté, Marie-Bénédicte Hurel a été auditionnée sous le régime de la garde à vue trois mois après la plainte de son épouse.

La contestation de Marie-Bénédicte Hurel

Celle qui a partagé la vie d’Amélie Mauresmo a contesté les faits dont elle est accusée. “Dans la mesure où elles vivaient sous le même toit. Les SMS ne constituent pas du tout un harcèlement. C’est de la discussion, certes vive”, a déclaré son avocat, Me Thierry Sagardoytho. Pour sa part, Amélie Mauresmo s’est portée partie civile lors de ce procès avec sa nouvelle compagne, présentée comme étant une surfeuse de Biarritz. À l’issue de l’audience du mardi 23 janvier 2024, le magistrat au procureur de la République Jean-Claude Belot a requis dix mois de prison avec sursis à l’encontre de Marie-Bénédicte Hurel.

MOT-CLÉ :
Partagez cet article
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *